Depuis quelques jours, les jeunes sont de nouveau pris pour cible, comme s’ils étaient Le Problème à résoudre.
Couvre-feux d’un côté, casquette à connotation religieuse de l’autre et dans tous les cas, un amalgame qui fonctionne à merveille.

Depuis des siècles, les générations précédentes se désolent devant l’absence de culture, d’aspiration et de capacité des nouvelles générations. Des zazous aux blousons noirs, des apaches aux jeunes-à-casquette, les jeunes ont été stigmatisés, preuve s’il en est que l’avenir n’a rien de bon?

L’Anacej souhaite rappeler à chacun quelques évidences :
• les jeunes ne sont pas nos ennemis.
• les jeunes ne sont pas les responsables de tous les maux de la société.
• et qu’on le veuille ou non, s’ils sont l’avenir, ils sont aussi le présent.

C’est pour cela que des milliers d’éducateurs (enseignants, animateurs, parents) passent leur temps à préparer les plus jeunes à devenir des citoyens, en capacité de comprendre le monde dans lequel ils vivent et d’agir dessus pour vivre leur vie, seuls et avec les autres.

Aussi, l’Anacej en appelle à la trêve des confiseurs pour qu’un cessez-le-feu permanent se mette en place et que la raison l’emporte sur les passions.

Tout le monde a besoin de vacances. Bonnes fêtes de fin d’année ! Rendez-vous en 2010 : la lutte contre les clichés se poursuit !


Laisser une réponse